accessibilité
|
logo article ou rubrique
10 éco-gestes pour des usages numériques plus légers !

10 éco-gestes pour des usages numériques plus légers, une infographie animée et des explications pour chacun des gestes proposés.

Article mis en ligne le 2 juin 2020
dernière modification le 3 juin 2020

par Cédric Frayssinet, Perrine Douheret

Vous avez sans doute noté que certaines bulles s’agrandissaient et d’autres non. En effet, parmi ces 10 gestes clés, certains sont des gestes fondamentaux car très efficaces et d’autres ont moins d’effets mais peuvent permettre de rentrer dans la démarche, dans une posture de réflexion et de prise de conscience de l’empreinte du numérique.

Les gestes fondamentaux :

1. Allonger la durée de vie des équipements et les recycler

Dans le cycle de vie d’un équipement, c’est sa fabrication qui coûte le plus d’énergie, bien plus que son utilisation. Il apparaît donc comme le geste primordial.

Nous vous proposons :

  • d’installer un nouveau système d’exploitation

Ce sont des logiciels sobres énergétiquement parlant. Ils permettront d’allonger la durée de vie de votre équipement.

Si vous souhaitez conserver l’OS de départ, une solution peut-être de n’accepter que les mises à jour correctives.
Les mises à jour superflues, apportant toujours plus de nouvelles fonctionnalités, pas toujours utiles, transforment votre système de départ en obésiciel, toujours plus gourmand, finissant par vous contraindre de changer d’appareil, le précédent étant devenu obsolète, car la dernière version du logiciel nécessite plus de ressources informatiques que la version initiale.

  • de recycler !

Actuellement, seuls 20% des déchets électroniques sont recyclés dans le monde. De plus, sur la soixantaine d’éléments chimiques présents, seule une dizaine sont recyclés (l’or, l’argent, le platine, le cobalt, l’étain, le cuivre, le fer, l’aluminium et le plomb).

Recyclez, c’est offrir une nouvelle vie à votre équipement, pensez à le donner : il fera un heureux et ne finira pas sa vie dans la décharge à ciel ouvert d’Agbogbloshie au Ghana.

L’inverse est vrai aussi, pensez à acheter votre matériel d’occasion.

2. Éteindre et débrancher quand on n’utilise pas le matériel

Voici un geste simple !

Débranchons ! Ordinateur, écran, imprimante et box...
Par exemple, une box consomme en moyenne entre 140 et 200 kWh par an. Cela dépend de la marque et de l’utilisation du boîtier.

D’ailleurs savez-vous que vos onglets consomment plus ou moins d’énergie ? Vous pouvez le voir en tapant :

about:performance

dans votre navigateur Mozilla Firefox.

3. Limiter les flux de données

  • Limiter le streaming vidéo et/ou réduire la qualité
  • Éteindre les caméras lors des visioconférences
  • Stocker localement plutôt que sur un cloud et désactiver les transferts automatiques depuis votre téléphone vers les clouds
  • Installer un bloqueur de publicités (uBlock Origin)
  • Privilégiez les logiciels libres qui n’enverront pas de données à votre insu.

55% de l’impact énergétique mondial du numérique provient du trafic de données, qui augmente actuellement de 25% par an, d’après le rapport du Shift Project. Les vidéos en ligne représentent 60 % du flux mondial de données et sont responsables de près de 1 % des émissions mondiales de CO2 !
Limiter la qualité de lecture de vos vidéos à 360 ou 480 dpi plutôt que 1080 dpi, c’est diminuer le poids de données qui circulent lors de votre visionnage. A noter que pour Peertube, le logiciel derrière https://tube.ac-lyon.fr/ s’engage dans une démarche développement durable.

Pensez à minimiser le nombre, le poids de vos dépôts sur internet.

Pour vous rendre compte de votre usage, vous pouvez installer le CarbonAnalyser qui rend compte de la consommation de votre usage d’internet :

4. Privilégier les connexions filaires et WIFI à la 4G

L’ARCEP a calculé, dans un rapport d’octobre 2019, que, pour une consommation annuelle moyenne de 6,7 Go de données par mois, cela revenait à dépenser 50 kWh en 4G, 16 kWh en ADSL et 5 kWh en fibre optique.
Dès que possible, connectez votre téléphone en WIFI, par exemple.

5. Rendre les fichiers accessibles à tous et sur tout support

Il faut favoriser l’usage des logiciels libres qui permettent à chacun d’accéder au document d’une part, mais aussi, de modifier et de compléter le document afin de le rendre accessible à tous.
Le format PDF et une police adaptée seront à privilégier.

Voir quelques bonnes pratiques de production d’informations sur des sites web ou sur des documents ici

6. Mutualiser

  • Les équipements
  • Les fichiers sur le cloud

On l’a vu, ce qui est le plus énergivore, ce qui produit le plus de CO2, c’est la production des équipements et les flux de données. En mutualisant, on diminue le nombre de déchets produits. Il est tout à fait possible de partager sa connexion à plusieurs, de mutualiser une imprimante, de se prêter le matériel utilisé occasionnellement : vidéoprojecteur, ....

7. Supprimer les données en ligne

Mieux encore, ne les mettez pas en ligne. Réfléchissez avant d’envoyer une vidéo, une photo, un mail : est-ce que cela est indispensable ?
Ensuite, pour trier, commencez par les fichiers lourds (vidéo, image, ...) et en fin d’année, videz le contenu de vos différents comptes en ligne, par exemple, sur https://tube.ac-lyon.fr.

8. Limiter et optimiser les impressions

Vérifier la mise en page : diminuer les marges, le nombre de saut de page, diminuer la taille de la police, choisissez une police économique en encre : garamond, ecofont, ...
Imprimer en mode recto-verso, plusieurs pages par feuille, en mode brouillon, ...

9. Alléger

  • Redimensionner les images et compresser les fichiers : des tutoriels sont disponibles dans la boîte à outils de la Dane.
  • Utiliser les dépôts temporaires (Echanges, Firefox Send ou FramaDrop) plutôt que les pièces jointes dans les mails : cela permet de cibler et minimiser les échanges de données.

10. Optimiser sa navigation Web

  • Utiliser les marque-pages et l’historique, notamment en sélectionnant le site déjà visité dans la Magic Bar de Firefox (celle contenant le cadenas).
  • Optimiser ses requêtes :

Cela permet de consommer moins d’énergie, mais l’impact est très faible par rapport aux gestes décrits précédemment. Cependant, cela permet d’entrer facilement dans la démarche de sobriété numérique.

  • Éviter les métamoteurs (Lilo, Ecosia, …) :

C’est du greenwashing. Ces moteurs utilisent et agrègent d’autres moteurs de recherche : il faut donc du matériel en plus et cela produit davantage de flux de données. Les avantages promis ne compensent pas les coûts pour la planète.

Pour aller plus loin...

Un livre indispensable, une personne à suivre :

  • Frédéric Bordage
  • Sobriété numérique, les clés pour agir, préface d’Isabelle Autissier, présidente du WWF France, Buchet Chastel, 12 septembre 2019